Insane Company


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire sans fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
ritzo

avatar

Masculin Nombre de messages : 766
Age : 105
Localisation : 3ème pierre après le soleil
Date d'inscription : 04/03/2009

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 31 Juil - 0:19

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mar 2 Nov - 16:47

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old Zeus
Technologue
avatar

Masculin Nombre de messages : 4275
Age : 52
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mar 2 Nov - 20:35

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie

_________________

L'homme amoureux vit d'amour et d'eau fraiche. Une fois marié, il ajoute du Ricard !
Conclusion: La première cause de l'alcoolisme en France c'est la femme ...

( @ @ )
----o00----(_)---00o------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shatskikh

avatar

Masculin Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 6 Nov - 0:46

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebres

avatar

Masculin Nombre de messages : 16
Age : 20
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 6 Nov - 0:50

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://linerider.fr
Shatskikh

avatar

Masculin Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 6 Nov - 0:51

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goohan
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3476
Age : 45
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 6 Nov - 8:19

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shatskikh

avatar

Masculin Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 6 Nov - 14:05

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 6 Nov - 14:16

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebres

avatar

Masculin Nombre de messages : 16
Age : 20
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 6 Nov - 16:40

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://linerider.fr
goohan
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3476
Age : 45
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Dim 7 Nov - 8:11

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Dim 7 Nov - 14:08

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goohan
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3476
Age : 45
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Dim 7 Nov - 15:13

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Dim 7 Nov - 15:51

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute frippée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenebres

avatar

Masculin Nombre de messages : 16
Age : 20
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Dim 7 Nov - 18:24

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinants, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute frippée arriva
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://linerider.fr
Old Zeus
Technologue
avatar

Masculin Nombre de messages : 4275
Age : 52
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Dim 7 Nov - 18:54

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en

_________________

L'homme amoureux vit d'amour et d'eau fraiche. Une fois marié, il ajoute du Ricard !
Conclusion: La première cause de l'alcoolisme en France c'est la femme ...

( @ @ )
----o00----(_)---00o------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goohan
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3476
Age : 45
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 8 Nov - 8:08

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 8 Nov - 11:42

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goohan
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3476
Age : 45
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 8 Nov - 12:04

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour pété
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 8 Nov - 13:54

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour pété la
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goohan
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3476
Age : 45
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 8 Nov - 15:29

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour pété la rondelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 8 Nov - 15:53

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour pété la rondelle de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old Zeus
Technologue
avatar

Masculin Nombre de messages : 4275
Age : 52
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 8 Nov - 20:36

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour péter la rondelle de sécurité

_________________

L'homme amoureux vit d'amour et d'eau fraiche. Une fois marié, il ajoute du Ricard !
Conclusion: La première cause de l'alcoolisme en France c'est la femme ...

( @ @ )
----o00----(_)---00o------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragon
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1854
Age : 28
Date d'inscription : 02/11/2010

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mar 9 Nov - 12:37

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour péter la rondelle de sécurité du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
goohan
Insanien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3476
Age : 45
Localisation : Sur ma chaise
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mar 9 Nov - 16:18

Il paraîtrait qu'autrefois, Zeus aimait la Budweiser, mais aussi les fortes poitrines.

Ainsi, lors d'une convention montagnarde, notre "alcoolo-tabaco-sexo-dépendant", accoudé nonchalamment au zinc, s'empressa d'exprimer ses impressions sur Goohan. Éludant les mystères du triangle dodu, il accusa le procureur d'être réellement ridicule dans cette tenue. Celui-ci tomba amoureux de Kina mais c'était sans compter sur son goût notoire pour les Barba-papas conceptuels, émanations de l'anarchiste du Caucase.

Soudain Goohan attrapa mille grammes de courgettes dégoulinantes et puantes sans consistance pour développer une grosse recette bien onctueuse qu'il renâcla avec fierté à faire avaler. Le diplomate, vêtu angéliquement, partait nonchalamment vers l'échafaud où Zeus pratiquait journellement de monstrueuses orgies pour gagner la loterie du plus gros exécuteur.

Arrivé en calèche, modèle datant d'avant le dernier des Mohicants, ce moyen efficace, quoique peu orthodoxe, Ritzo avait tout pour avoir l'air d'une petite spatule. Sur les instances du procureur de la raie, Ritzo essaya de promouvoir les merveilles du vaste empire. Mais Tebach, toujours aussi philosophe, cassa immédiatement la magnifique avancée lyrique de cet idiot de procureur pour manger un abricot bien juteux. Cependant, Hodric s'ébroua promptement sans remarquer que Zeus avait subrepticement placé, sous ses aisselles, une paire de miches en latex. Notre dame nature portait un short ultra suggestif qui garantissait la validité du dépôt de la porte du père castor.

Aujourd'hui, dans "Voici" apparait la plus maigre et sans turgescence comédienne, Barbie, armée de fraises des bois, contraignant Tebach et Vache à se palucher méchamment. "Beurk!!!"

Isidor, conquérant une galaxie toute boursoufflée de nombreux protagonistes déjantés, illuminés comme les regards d'égouts parisiens dégoulinant, rentre en phase lutéale, creuse deux tombes destinées à recevoir des dinosaures en état de léthargie que Vieux Zeus a sodomisé jusqu'au sang vert. Un soir de pleine lune une vilaine sorcière toute fripée arriva en trombe pour péter la rondelle de sécurité du pauvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire sans fin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire sans fin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'histoire sans faim
» L'histoire sans fin
» [JEU] L'histoire sans fin ...
» Playset L'Histoire sans fin: La boîte
» Histoire sans fin, une phrase ou un mot par personne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Insane Company :: Détente et loisirs :: Bar de la Company-
Sauter vers: